Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2017

Payer pour rendre un service public moins efficace....

La fraude dans les transports en commun de la métropole lilloise est évaluée pour 2016 à 14 millions d'€, en baisse constante depuis 2012.....
@GDarmanin, toujours Vice-Président aux Transports à la Métropole Européenne de Lille, et actuel Ministre de l'Action et des Comptes Publics a fait voter un plan de 65 millions d'€ pour équiper en portiques anti-fraude la soixantaine de stations du métro lillois (seuls, les éluEs EELV s'y sont opposéEs).

Euh, question : Est-ce que les fraudeurs vont payer leur ticket maintenant ? Non, ils voyageront moins....

Euh, nouvelle question : Et, c'est ça qui va faire augmenter les recettes ? Non, ils voyageront moins....

Euh, dernière question : Ben, à quoi ça sert alors ? A rien, ils voyageront moins...

En fait, l'ultra-libéral @GDarmanin est contre la liberté de déplacement des gens.

On lui demande qui prend en charges SES frais de transports à lui ?!

Bon, on le sait, ces portiques, c'est cher, ça réglera pas la question de l'augmentation des recettes et ça donnera des raisons économiques de réduire le nombre d'agent du métro....

En plus, ça dissuadera certainEs voyageuSErs potentielLEs de l'emprunter...

Tout bénef, quoi !

Et c'est ministre du Budget ! 

 

http://www.nordeclair.fr/116789/article/2017-11-30/les-premiers-portillons-anti-fraude-du-metro-ont-ete-inaugures

14/11/2017

La contestation n'entre pas dans le plan com' d'Emmanuel Macron

Rassemblement anti-macron - Condition Publique - 13 XI '&è.jpgDrôle de mésaventure que celle qui nous est arrivée ce matin et, dans une moindre mesure hier.

La métropole lilloise, et plus particulièrement les villes de Roubaix et Tourcoing a eu l'insigne honneur d'une visite présidentielle d'une petite vingtaine d'heures (nuit comprise).

Cette visite, consacrée essentiellement à la 'Politique de la Ville' participait d'un vaste plan com' destiné à faire oublier la baisse des APL, la suppression de l'ISF et la suppression des contrats aidés, en un mot, la posture 'Président des riches' adoptée depuis le début du mandat. Il fallait donc 'parler aux pauvres', et pour ce faire, trouver des lieux emblématiques dans deux des villes les plus pauvres de France, Roubaix et Tourcoing ;

- La Condition Publique, qui a vu passer près de 3 générations de milliers de travailleuSErs de toutes les origines, recevoir, trier, conditionner et expédier des tonnes de ballots de laine, coton et soie, et ont ainsi contribué à la richesse de Roubaix et de la métropole, devenue depuis 2004 un lieu culturel incontournable.

- Le Centre Social de La Bourgogne, réceptacle des nombreux problèmes sociaux d'un des quartiers les plus populaires de Tourcoing, confronté depuis son annonce pendant l'été par le ministre de l'action et des comptes publics et maire de la ville (aujourd'hui premier adjoint) à la baisse drastique des contrats aidés.

Parallèlement, des citoyeNEs, des organisations syndicales, des partis politiques, des associations ont organisé des rassemblements afin de rendre visible la contestation qui gronde sourdement dans le pays.

Au rassemblement de la Condi, un périmètre de sécurité contenait les trois ou quatre cents militantEs à 250m du bâtiment avant d'être étendu sans raison ni ménagement à 500 mètres. Seul le maire de Roubaix, dans sa limousine aux vitres fumées fermées a pu franchir le barrage, évitant tout contact avec les roubaisienNEs.

Au rassemblement de Tourcoing, les vingt-cinq CRS qui 'sécurisaient' le métro n'ont pas eu de mal a repérer mon sac à dos d'où dépassaient 5 drapeaux EELV. J'ai donc eu droit à un contrôle d'identité en règle, puis on m'a confiné dans un bout de la station 'Bourgogne', sévèrement gardé par cinq fonctionnaires en arme (euh, là, dites M. le ministre des comptes publics, vous en pensez quoi de l'équation économique?).

J'ai été rapidement rejoint par mon camarade Jean-Pierre qui se promenait de manière imprudente avec une casserole dans son sac à dos !

Puis, une bonne heure après notre camarade Mansour fermement accompagné est venu nous rejoindre. Son seul délit, avoir envoyé 'ben alors, vous êtes où ?' sur l'évènement Facebook du rassemblement... 2 fonctionnaires l'ont reconnu dans la foule et l'ont emmené nous rejoindre ! Big brother, are you there ? C'est peu après, soit environ une heure et demie après le début de notre séquestration, qu'un policier nous a informé que nous étions en 'rétention administrative'.

Enfin, nous avons vu arriver notre camarade Farid, pourtant plutôt proche de LREM !

Les faits étant exposés, le temps est venu de la réflexion.

Pourquoi, à Roubaix, un maire s'autorise t'il à ignorer sa population contenue à l'extérieur d'un périmètre de sécurité ?

Pourquoi un président de la République venu rencontrer le peuple se donne-t'il tant de mal à le refouler ?

Pourquoi ne pas laisser un espace à la contestation ?

Quelle est cette démocratie où l'on légifère par ordonnances et on muselle l'opposition ?

Pourquoi les policiers, en plus de nous 'retenir' nous abreuvent-ils de leur mépris et de leurs sarcasmes ?

Ce président a-t-il la conscience si peu tranquille pour avoir autant besoin de sécurité ?

Ces questions restent sans réponse aujourd'hui, mais ne cesseront dès lors de me trotter dans la tête...

 

24/08/2017

Député soumis !

Le journal Nord-Éclair, dans son édition du 16 août dernier, revient sur le 50è anniversaire d'auchan Roncq et le cadeau offert - un hippopotame en cristal - par le Député Ledoux au multi-millionnaire Mulliez.

Cet épisode illustre d'une manière crue l'inféodation du pouvoir politique au pouvoir de l'argent, particulièrement vivace dans le versant Nord-Est de la métropole lilloise entre les Mulliez et les maires des communes.

A mon sens, si cadeau il devait y avoir, c'est plutôt aux salariéEs du groupe auchan qui ont fait tourner l'économie du territoire et non au patron de l'empire capitaliste qui n'a fait que s'enrichir personnellement, en asséchant sans scrupules de leurs commerces et de leur vie les centre-villes alentour.

Nord Eclair - 16 VIII '17 - 50 ans Auchan.jpg

Mais devait-il y avoir un cadeau ? Faut-il saluer un modèle économique qui détruit l'emploi (un commerce de proximité emploie près de 3 fois plus de salariéEs qu'un hyper), qui artificialise les terres, notamment humides, au risque de créer des inondations, qui siphonne les poches des consommatRICEeurs, qui institutionnalise les déchets (10 kg de nourriture jetés encore emballés en moyenne par français et par an sans compter les emballages inutiles) et qui rend incontournable l'utilisation de la voiture individuelle ? Sans compter les dépenses induites, à la charge des collectivités, construction des accès routiers, organisation du collectage des déchets, pollution de l'air et de l'eau....

 « avec tout ce que j’ai payé comme taxes, la ville pourra la prochaine fois m’en offrir un en or » G.Mulliez

Non, monsieur Mulliez, ce n'est pas en or qu'aurait du être l'hippopotame que vous a offert le Député, mais en déchet. D'une part parce que votre commerce n'a de cesse que d'en produire un maximum, et d'autres part, parce que les impôts et taxes dont vous parlez, vous ne les payez pas en France, mais en Belgique ou au Luxembourg.